Cure, troisième semaine

Elle arrive bientôt cette FIV que j’attends depuis longtemps. Je sniffe du Synarel depuis déjà une semaine. D’ailleurs, mon angoisse du moment, c’est que je ne le fasse pas bien… que ça ne marche pas… Certaines fois, j’ai l’impression qu’il n’y a rien qui sort de la pompe et d’autres, j’ai l’intérieur du nez qui chauffe. J’essaie de ne pas me prendre la tête. Je fais au mieux. Mais je me prends quand même la tête!

Côté poids, ça a bien descendu cette semaine avec 1.9 kg en moins! Je n’ai pas l’impression d’avoir maigri mais hier, certaines collègues me l’ont fait remarqué! C’est bon pour le moral. J’ai aussi des vêtements qui sont trop grands. Je garde ceux que j’aime bien, ils pourraient servir à abriter une grossesse. Et je balance ceux que je n’aime pas trop! Et surtout, je me gâte plein pot avec des nouvelles jupes, hauts et quelques pantalons!

Donc, tout va bien dans le monde de la préparation de ma FIV! Je dois maintenant rester zen et essayer de penser à autre chose. Facile à dire…

Sur un autre sujet, j’ai vu mon patron hier. On a balayé les sujets à venir pour moi et ceux qui se rapportent à moi. Classique, quoi! Puis, je lui ai dit que j’avais du « hors boulot » à parler. D’abord, un banal retard la semaine prochaine pour un expert qui va venir voir notre toiture qui coule. Rien d’intéressant sinon que jumelé aux retards liés à la PMA, je trouve que j’exagère un peu.

Ensuite, il m’a demandé comment se passaient mes examens médicaux! Et oui, parce que jusqu’à maintenant, je lui parle vaguement d’examens médicaux. Donc je lui explique que le nouveau protocole était lancé, que j’aurais sans doute quelques jours d’arrêt dans quelques semaines, rien de grave. Et là, il commence à me poser des questions. Mais des questions de quelqu’un qui s’en doute. Je commence par répondre calmement et dans ma tête, ça dit ‘Vas-y la miss, sors le chat du sac »!

740791__who-let-the-cat-out-of-the-bag_pEt j’avoue tout!

Enfin, je lui dis qu’on va faire une FIV, je n’ai pas rétrospectivement avoué les 5 IAC et les années d’essai avant.

Il avait deviné! Non? J’étais aussi subtile qu’un éléphant dans un kiosque à journaux!

Il m’explique qu’il a des amis qui sont passés par là pour avoir un enfant. Qu’il sait que c’est très dur pour la femme. Que ce qui sera possible sera fait, côté boulot, pour que ça se passe dans les meilleures conditions. Et qu’il me souhaite que ça fonctionne!

Bref, je suis libérée d’un sacré poids! Je sais que je pourrai gérer le travail et la PMA. Et fini le tabou avec le non dit mais je sais que tu le sais mais je te le dis pas.

Publicités

Ma visite obligatoire à la pharmacie

Un des conseils que m’a donné ma gygy adorée, c’est qu’avec les médicaments pour la PMA, il faut être prévoyants. Ils sont chers et les pharmacies ne les tiennent pas toujours en stock. Comme J20 arrive très bientôt, je suis allée voir ma pharmacienne pour commander mon attirail.

Alors, j’avoue, je suis perdue. Les IAC, au final, c’est simple. Gonal F à partir de J3 (pour moi les doses ont progressivement augmenté de 75 à 112,5), Orgalutran si besoin, Ovitrelle pour déclencher l’ovulation, Estima pour tenir les DPO et l’acide folique que je prends anyways depuis des temps immémoriaux. Je fais affaires avec une petite pharmacie en bas de chez moi et la pharmacienne connait mon « dossier ». Chaque nouveau cycle était devenu de la routine.

Hors, mon protocole a changé. Et je ne le comprends pas encore parfaitement. Il y a l’acide folique, c’est un classique. Puis, un spray nasal « Synarel » pour bloquer les ovaires à partir de J20. Bon, déjà, sniffer pour bloquer des ovaires, ça me fait bizarre, mais je fais ce qu’on me dit. Gonal F reste mon ami, mais à des doses plus fortes. Ovitrelle est remplacé par des substances à reconstituer moi-même. C’et nouveau ça, je n’y avais pas encore eu droit! S’ajoute du Luvéris mais comme il faut le commander, je ne connais pas encore la tête que ça a! A ça s’ajoute toute une pharmacie pour les DPO et au-delà (on le souhite)… Estima mais à des doses plus fortes, Aspegic nourrisson, Ciflox, des ovules pour le vagin, … Bref, je suis rentrée de la pharmacie avec un méga sac et j’ai encore la moitié à aller chercher lundi!

Ca se prépare, doucement.

Demain, rendez-vous avec la biologiste. J’en saurai enfin plus sur mon premier jour de sniffage et sur le déroulement de la FIV.

DSC_0032

Cure, première semaine

Cette semaine, je ne l’ai pas vue passer. Entre le travail, les transports et les soirées avec Chéri, nous voilà samedi matin en clignant des yeux!

Mais j’ai bien commencé ma cure de préparation à la fiv! J’ai bien dormi. Je n’ai pas trop travaillé (dans mon barème !) et j’ai bien mangé.

J’ai laissé 1,1 kg je sais pas où mais je n’en veux plus! Pas comme elle!

image

Se mettre sur le piton

Là d’où je viens, se remettre sur le piton, ça veut dire se remettre en forme. Quand on est amoché!

J’avais utilisé cette expression quand j’avais communiqué mon arrêt de travail suite à ma GEU à mon chef, l’an dernier. Ca fait toujours réagir quand j’insère une petite expression bien de chez moi. Mais c’est vrai que j’avais grandement besoin de me remettre sur le piton. Je pensais que ça mettrait quelques semaines tout au plus. Que de reprendre la PMA, ça réglerait tout. Ca a mis un peu beaucoup plus de temps que ça. Je dirais même que, presque un an plus tard, je commence à dire que je vais mieux. Je recommence à avoir envie de sortir, de partir en weekend en amoureux. C’est long! Mais c’est normal il parait.

Je vais mieux. Mais je me prépare pour une nouvelle étape. Ce mois-ci, nous attaquons la FIV. La vitesse supérieure comme dirait ma gynéco. Dans une semaine, nous rencontrons la biologiste, puis l’anesthésiste et commenceront les médicaments. D’abord par le nez. Puis, comme une junkie, ce sera les piqûres.

Je veux qu’on soit au top pour cette étape. Donc j’ai annoncé à Chéri, hier, qu’on allait se mettre sur le piton.

Notre plan d’attaque? Bien manger, pourquoi ne pas perdre quelques kilos au passage, ça ne nous ferait pas de mal anyways. Bien dormir, on limite la caféine et  on ne va pas au-delà de nos limites (je suis une experte pour ça… ). On évite tous les gens qui toussent, se mouchent, … autant dire vivre reclus en cette période? Nan mais on fait attention! Et on bouge, balades, piscine, salle de sport, on en profite au max!

Ca va venir du vite le début des médocs! Il n’y a plus de temps à perdre!