Ma petite crapule

Je dois vous faire une confidence. Le mois de mars 2015 est un mois que je redoute. Il y a un an dans quelques jours, j’apprenais que l’IAC1 était positive après avoir fait un test sanguin négatif à 14 DPO. Bizarre selon ma gynéco mais les faux négatifs existent bel et bien même en prise de sang, j’en suis la preuve!

Comme la prise de sang était négative et que j’ai eu des règles anniversaires, j’ai commencé le deuxième cycle de stimulation. Et là, ça m’a mis la puce à l’oreille. A l’échographie déjà, et au premier contrôle, j’avais un beau follicule de 20 mm tout prêt à exploser! Sachant que j’avais eu une stimulation à rallonge la première fois, ça me faisait bizarre. Puis, il y a eu ce sursaut du médecin pendant l’échographie mais comme je ne voyais rien, je ne comprenais pas. Et à cette époque, je n’étais qu’en première année d’école de gynécologie. Ensuite, le résultat de la prise de sang était vraiment louche, j’avais déjà ovulé. Moi, la reine des cycles à rallonge! J’étais déçue, je pensais que je venais de perdre un mois. Je ne savais pas que le pire était à venir.

Le lendemain, je rentre après le travail et j’ai soudainement l’impression d’avoir une crampe énooorme au bas du ventre. Je ne comprends pas ce qui se passe. Chéri s’inquiète, je prends un spasf*n et je me repose un peu. Je commence à avoir des saignements mais je me dis que comme je suis perturbée hormonalement parlant, c’est peut être possible. Je suis fatiguée, j’ai l’estomac noué, je mets ça sur le compte du Gonal. Il a bon dos.

Samedi arrive enfin et je décide de cherche sur gogole quelque chose du genre « pertes de sang et gonal ». Honnêtement, je ne me souvient plus des termes de ma recherche. Anyways, la plupart du temps, le résultat des recherches me fait plus psychotter qu’autre chose. Et là, je vois que le saignement peut être le symptôme d’un début de grossesse lors de stimulation ovarienne. Impossible, ma prise de sang était négative. Hey la miss, arrête de te mettre des idées comme ça en tête.

J’avais un test qui traînait dans mon placard. Un superbe test digital que je gardais pour le jour où j’y croirais vraiment. Il allait périmer, c’est dire la dèche. Je décide de ne pas le perdre complètement et d’en avoir le coeur net. Je fais pipi et je vois les mots magiques apparaître. Je n’y crois pas, je réveille Chéri qui dort encore. Il ne comprend rien. Bref, je fais un deuxième test, ceux en bandelettes pour les mois où je n’y crois pas trop… Et une belle ligne rose bien foncée apparaît.

Je décide donc de confirmer tout ça par une prise de sang le lundi matin. Lundi soir, un sort le Champomy, je suis enceinte. Enfin!

Mais je ne suis pas sereine, j’ai ces fameux saignements. Je téléphone donc directement la PMA pour leur demander ce que je devais faire. Ils me proposent de venir le lendemain matin faire une échographie pour voir ce qu’i en est.

Le jour de l’échographie, c’est le même médecin que lors du contrôle du faux deuxième cycle de stimulation. C’est super, ne vous en faites pas pour les saignements, les grossesses en PMA sont des grossesses qui saignent souvent. Installez-vous, on va regarder tout ça endo chattalement parlant bien sûr, à ce stade.

Je n’ai pas le temps de respirer que la sonde est installée et que le médecin se met à crier qu’il ne voit pas d’oeuf. Je me retiens pour ne pas craquer. Il cherche et cherche et ne trouve rien. Et me demande si je suis certaine d’être enceinte!

Je ne me présente pas aux aurores pour faire une endo chattale pour le fun. Oui, j’ai fait un test de grossesse lundi et mon taux de bHCG était de 5000.

Et là, mon monde s’effondre. Je comprends que ça ne va pas.

Je pars de la PMA les yeux pleins d’eau. Je dois aller bosser mais j’en suis incapable. Je laisse un message confus à mon boss disant que je sors d’un examen médical et que je suis sonnée. Il me propose de prendre ma matinée; J’aurais dû prendre la journée, bref ça n’a servi à rien que j’y passe l’après-midi.

Retour à la PMA le lendemain. Nouveau médecin un peu plus calme. Elle prend le temps de chercher et de m’expliquer. Elle me dit qu’elle n’a pas de doute, qu’elle voit notre petite crapule dans ma trompe gauche. Elle propose de tentet l’injection au méthotrexate. Je n’ai pas le choix. Il y a du positif selon elle, je peux être enceinte. Ouaifff…

Injection au méthotrexate faite, je suis arrêtée quelques jours. Je me repose, je ne suis pas là.

Retour au bureau. Je décide d’informer mon chef, je n’ai pas le moral, autant qu’il comprenne pourquoi (et au passage tant pis pour l’augmentation que je n’ai pas eue). J’ai bien fait. Le mardi, j’apprends que je n’ai pas réagi à l’injection. Je suis opérée en urgence, ma trompe est en pré rupture. J’ai perdu ma petite crapule. J’ai aussi perdu ma trompe.

DSC_0005

Il y a environ un an, je découvrais que j’étais enceinte. Je n’avais aucune idée de la montagne que j’allais devoir surmonter. Après cette épreuve de la vie, je me pensais positive. Je me disais que ça allait aller. Que ça remarcherait vite. J’avais raison. Mais j’étais encore naïve.

J’ai mis presque un an à ne plus sentir ce coup de poignard au ventre quand je repense à ma petite crapule. Sauf en ce moment où la douleur revient. Je vais bientôt « célébrer » l’année passée depuis cette fameuse opération. Ce qui m’aidera, c’est de savoir qu’il y a encore de l’espoir. Que je suis à nouveau dans l’action et que tout n’est pas fini.

Je n’ai pas dit mais « l’anniversaire » tombe en même temps que la DPA de ma fausse couche!

Il faut que je trouve la force de passer ce mois de mars en croyant en l’avenir plutôt qu’en pleurant ce passé.

Publicités