Pas de nouvelles

Ca y est, le long week end du 14 juillet tire à sa fin. Avec chéri, on a fait le pont mais on est restés là. A Paris, à passer du temps ensemble et à se reposer. J’ai la tête à tellement d’endroits que je n’ai même pas eu l’énergie pour organiser un départ. Ni pour ce long week end. Ni pour les vacances qui se profilent. J’ai quand même vérifié les prix des billets d’avion pour Montréal. J’espère y aller cet été.

Je dis j’espère. Parce que demain, ce sera un grand jour au bureau. Je vais poser ma démission. On a pris le week end pour réfléchir, Chéri et moi. On me proposait un super poste à Prague. En expat. Le genre de poste qui commence par un C et qui se termine par un O. Un genre de consécration. Mais je vais refuser. D’abord parce que je ne peux pas imposer à Chéri de démissionner et de me suivre. C’est le meilleur moyen de foutre un couple en l’air. Puis, je ne me sens pas, à mon âge et avec mon AMH, de recommencer tout le parcours PMA dans un autre pays. Ma priorité, c’est de donner toutes les chances à notre projet d’aboutir. La carrière, c’est bien mais je peux bien m’étouffer avec mes tunes si je n’ai pas de famille avec qui la partager. Donc on a tranché. On va refuser l’expat, pour le moment.

Par contre ma psy m’a bien fait comprendre que je pouvais me permettre de changer d’employeur. Même si je tombais enceinte en pleine période d’essai. Donc, je prends le risque. Demain, je l’annonce.

Sur le plan perso, ma minette va mieux. Elle a eu droit à une injection de cortisone qui lui a redonné plein d’énergie. Elle mange bien. On a décidé de tenter la chimiothérapie. Elle a eu sa première dose samedi. Reste à vérifier en fin de semaine si ça a fonctionné. En attendant, elle a toute notre attention et nous récompense de ses doux ronrons.

Je vous embrasse toutes. Profitez bien de votre été. Même un peu pour moi. J’ai beaucoup de mal à profiter de la vie en ce moment…

A bientôt!

90772__humor-with-the-end-of-autumn_p

Publicités

Et si on causait boulot

J’ai repris mes charges de boulot depuis deux jours. La motivation est plutôt absente mais je pense que c’est normal, j’ai eu une semaine éprouvante.

Côté entretiens, ça a plutôt bien progressé. J’ai eu une première offre. 2000€ de moins que ce que j’ai demandé mais c’est un sujet de negos et à la fin de l’année, on le ressent pas vraiment.

Le sujet est ailleurs.

Comme c’est une boite détenue par des agriculteurs, il faut que je me désaffilie de la CPAM et que je m’affilie à la msa, équivalent de la sécu pour les agriculteurs.

Dans ce cas, je m’inquiète de ma prise en charge à 100℅…  Et des délais. Je veux bien repousser de quelques mois les essais, le temps d’un préavis et du début d’une période d’essai. Mais je ne veux pas me perdre dans des méandres administratifs sur la prise en charge PMA…

J’ai bien l’impression que je ne vais pas trop prendre de risques. Surtout que chéri n’est pas chaud du tout…

Bon weekend

On part passer le week-end chez belle-maman. Histoire de fêter la fête des mères. C’est vrai que j’en ai besoin! Mais j’y vais pour mon chéri.

Chez moi la fête des mères, c’était il y a quelques semaines. Ma mère m’avait souhaité que l’an prochain ce soit mon tour. Moi, perso, je veux plutôt me mettre en retrait de cette fête qui me fait mal.

Côté boulot, on me propose de partir pour nos opérations à l’étranger. Bizarrement, je tente de convaincre chéri. On me propose une expat en Europe de l’est. Je me dis que c’est pas mal positionné pour continuer la PMA si on devait le faire. Bref, je lui ai donné le weekend pour réfléchir. C’est une grosse décision pour lui, il devrait quitter son boulot ou trouver une solution pour garder le lien contractuel. Les femmes d’expat se mettent en congé parentl mais les mecs d’expat??? Encore un truc qui désavantage la carrière des femmes!

Allez, bon weekend, je vais m’amuser chez belle-maman!

image

Ça va être dur

Il y a quelques semaines, j’ai fait un entretien qui s’est très bien passé. Je me suis même projetée dans le poste.

Puis, je suis revenue à la réalité.

Hier, j’ai vu mon doc adoré. Elle m’a tout de suite proposé un nouveau protocole.

Je me suis donc vite projetée dans la fiv.

En me disant que, tant pis, la recherche de boulot allait prendre du mou.

Aujourd’hui, j’ai un message vocal des RH de cette fameuse boite. Ils veulent debriefer avec mon de l’entretien.

C’est bon signe. Je les intéresse.

Mais c’est signe que mon cas n’est pas réglé.

FIV + démission + période d’essai = gros bordel

Non?

Derrière le silence

Depuis quelques jours, je suis bien silencieuse. Pourtant je vous lis. Je partage avec vous la joie des bonnes nouvelles, le drame des mauvaises et l’angoisse de l’attente…

Mais personnellement, je me sens loin de mon projet bébé. Il faut dire que j’ai embrayé le projet « trouver un nouveau taff ». J’ai diffusé mon cv dans les cabinets de recrutement. J’ai aussi postulé en direct. Et j’ai de bonnes réactions. J’ai déjà fait quelques entretiens qui passeront au second tour. Et j’en ai encore certains de prévus. Ça redonne confiance!

Bref, je vais mieux. Je vais quand même aller voir la psy la semaine prochaine. Je m’inquiète d’être aussi sereine. Est-ce que cette recherche de boulot ne serait qu’un rebound? Pour oublier le reste…

Après la tempête

D’abord, je commence par vous dire un gros gros merci d’avoir été là cette semaine. J’ai vécu une semaine exceptionnellement difficile et j’ai vraiment apprécié chacun de vos mots d’encouragements. Comme j’étais en train de craquer, j’ai pris une pause de tout ces derniers jours mais je vais rattraper mon retard à vous lire ce weekend, promis.

Je vais mieux. Une pause de tout s’est imposé. Je vous donne des nouvelle sur les grands thèmes de ce qui m’es tombé sur la tête durant cette heureusement courte semaine de quatre jours…

PMA – FIV

La stimulation est arrêtée. Je ne pense pas avoir encore ovulé. Mais ça crème en masse dans ma culotte… Poney time ce week end.

Sinon, j’ai mal vécu cette arrêt de stimulation. J’étais complètement crevée. Ca a été dur à encaisser après autant d’énergie dépensée.

J’ai décidé de prendre rendez-vous avec une psy spécialisée en infertilité pour m’aider. Je revois mon médecin au début du mois de mai. Ma grande inquiétude, c’est ma réserve ovarienne qui est faiblarde pour reprendre ses mots. Si elle me dit que ça ne change rien, je voudrais attendre l’automne pour reprendre les hostilités. Le temps de me remettre en pleine forme et de faire le point sur ma situation professionnelle. Par contre, si elle me dit que c’est trop jouer avec le feu, je tiendrai dans mon boulot au moins le temps de refaire une stimulation en juin/juillet.

Boulot

Ca a été une semaine immensément complexe au travail. Sur deux aspects. D’abord, il y a le départ de mon patron adoré et son remplacement par ma collègue honnie. Là où je suis fière de moi, c’est que je me suis bien exprimée sur mon dégout de la situation. Autant envers mon N+2, ma future nouvelle responsable et mon patron actuel. Tout le monde sait que je suis dégoutée. C’est un premier point. Ensuite, j’ai décidé ne pas me sentir coincée dans ce travail à cause de la PMA. Cette semaine, donc, j’ai postulé sur une première offre. Mais ce weekend, je m’y mets. Le site de l’APEC n’aura plus de secrets pour moi! Ca m’a fait un bien fou de prendre cette décision. Je ne sais pas si ça va marcher. Peut être que je trouverai une manière de travailler avec ma nouvelle responsable, mais je me prends en mains.

Toujours au boulot, une situation compliquée avec un de mes collaborateurs m’a aussi pourri le portait.

Bref, j’en ai marrre, ma coupe est pleine. Je me suis investie pour cette boite. J’ai envie de penser à moi en premier, maintenant!

Je pense que ça se voit. Je suis plus calme. J’ai fait le point, mentalement. Je suis un peu reposée aussi.

Il me reste l’espoir du bébé couette. Et la certitude que je reprends un minimum de contrôle sur ma vie!

Bon samedi à tous! Profitez bien du printemps 🙂2644635-bon-choix-mauvais-signe-choice-route-isolee-sur-fon

Post déprimant

Je vous avertis, c’est un post déprimant. L’article d’une fille bourrée d’hormones qui a passé une journée exécrable.

Je vous le dis, j’ai les hormones dans le tapis et je pleure pour un rien.

D’abord, mon chef. Vous savez cette personne humaine qui l’appuie dans ma démarche ? Bah il vient de m’annoncer qu’il quitte la boîte.

Première mauvaise nouvelle.

Ensuite, ma collègue qui fait peur à ses équipes. Bah elle a été promue à la place du chef. Fini la compréhension. D’ailleurs, c’est pas à elle que j’oserais dire un truc perso.

Deuxièmement mauvaise nouvelle.

Et moi qui suis émotive comme une madeleine, j’ai chialé tout l’après-midi. Je revenais à mon bureau puis repartais aux toilettes.

Je suis déçue parce que je vais devoir être encore plus agile pour gérer la PMA.

Je suis déçue parce que mon chef, je l’aime bien.

Je me sens coincée, c’est pas en faisant une fiv qu’on peut chercher un nouveau taff. Et comme ce bébé, il n’arrive pas, je me sens encore plus coincée.

Faites que demain il y a plein de beaux follicules. Qu’ils soient prêts. Que cette fiv marche. Que je puisse enfin revenir sur le chemin professionnel et que je puisse prendre des vraies décisions.

Cure, troisième semaine

Elle arrive bientôt cette FIV que j’attends depuis longtemps. Je sniffe du Synarel depuis déjà une semaine. D’ailleurs, mon angoisse du moment, c’est que je ne le fasse pas bien… que ça ne marche pas… Certaines fois, j’ai l’impression qu’il n’y a rien qui sort de la pompe et d’autres, j’ai l’intérieur du nez qui chauffe. J’essaie de ne pas me prendre la tête. Je fais au mieux. Mais je me prends quand même la tête!

Côté poids, ça a bien descendu cette semaine avec 1.9 kg en moins! Je n’ai pas l’impression d’avoir maigri mais hier, certaines collègues me l’ont fait remarqué! C’est bon pour le moral. J’ai aussi des vêtements qui sont trop grands. Je garde ceux que j’aime bien, ils pourraient servir à abriter une grossesse. Et je balance ceux que je n’aime pas trop! Et surtout, je me gâte plein pot avec des nouvelles jupes, hauts et quelques pantalons!

Donc, tout va bien dans le monde de la préparation de ma FIV! Je dois maintenant rester zen et essayer de penser à autre chose. Facile à dire…

Sur un autre sujet, j’ai vu mon patron hier. On a balayé les sujets à venir pour moi et ceux qui se rapportent à moi. Classique, quoi! Puis, je lui ai dit que j’avais du « hors boulot » à parler. D’abord, un banal retard la semaine prochaine pour un expert qui va venir voir notre toiture qui coule. Rien d’intéressant sinon que jumelé aux retards liés à la PMA, je trouve que j’exagère un peu.

Ensuite, il m’a demandé comment se passaient mes examens médicaux! Et oui, parce que jusqu’à maintenant, je lui parle vaguement d’examens médicaux. Donc je lui explique que le nouveau protocole était lancé, que j’aurais sans doute quelques jours d’arrêt dans quelques semaines, rien de grave. Et là, il commence à me poser des questions. Mais des questions de quelqu’un qui s’en doute. Je commence par répondre calmement et dans ma tête, ça dit ‘Vas-y la miss, sors le chat du sac »!

740791__who-let-the-cat-out-of-the-bag_pEt j’avoue tout!

Enfin, je lui dis qu’on va faire une FIV, je n’ai pas rétrospectivement avoué les 5 IAC et les années d’essai avant.

Il avait deviné! Non? J’étais aussi subtile qu’un éléphant dans un kiosque à journaux!

Il m’explique qu’il a des amis qui sont passés par là pour avoir un enfant. Qu’il sait que c’est très dur pour la femme. Que ce qui sera possible sera fait, côté boulot, pour que ça se passe dans les meilleures conditions. Et qu’il me souhaite que ça fonctionne!

Bref, je suis libérée d’un sacré poids! Je sais que je pourrai gérer le travail et la PMA. Et fini le tabou avec le non dit mais je sais que tu le sais mais je te le dis pas.

Sortir ou rester dans le placard?

C’est une question que je me pose. Jusqu’à maintenant, je suis restée dans le placard, en tous cas au travail. J’explique un traitement médical et je pose des jours de congé quand j’ai un rendez-vous en plein milieu de l’après-midi. Quand mon rendez-vous est le matin, je ne fais qu’arriver tard (très tard parfois) au bureau en prétextant un rendez-vous chez le médecin. Pas tout à fait un mensonge, vous me direz…

Pour les IAC, je gérais assez bien. Je pense que mon patron n’est pas con. Il sait que j’ai perdu deux bébés l’an dernier et je lui avais expliqué que les séries d’examens revenaient environ tous les 30 jours! Mais c’est un mec, vous me direz. Il pourrait encore tomber des nues le jour où je lui annoncerais un congé maternité! Je dis ça, mais je n’ai rien contre mon patron. Je pense simplement qu’il n’est pas sans se douter un minimum…

Surtout qu’un jour, lorsqu’on planifiait notre process en mai-juin-juillet, il a parlé de prendre un prestataire. Et là, il a bafouillé en disant que ce serait uniquement s’il y avait maladie dans l’équipe. Moi non plus je suis pas conne. Nous sommes deux… une collègue (une super C1 qui gère mal sa maternité, j’y reviendrai sans doute un jour) et … moi! Le risque opérationnel n’est pas énorme, mais il existe.. Je pense plutôt qu’à l’époque, il prévoyait que je lui ferais une super annonce et que je lui ferais faux bond dans la foulée!

Que nenni! C’était sans compter sur DNLP qu’il ne doit pas connaître. Je suis encore là! On commence bientôt notre rush annuel et de mon côté, je me prépare à vivre une fiv…

Je me demande si je ne devrais pas mettre sur table les choses qu’on se dit à mot caché. Oui, je suis en traitement de fertilité. Oui, je persévère! Et non, je ne vais pas faire de nocturne en période de fiv. Et non, je n’en ferai pas ensuite si j’ai le bonheur d’avoir un billet de train.

Mais en même temps, je me dis qu’il faut faire ultra confiance pour sortir du placard. Est-ce que ça peut jouer contre moi? Je pense mon boss humain mais si je me trompais? Si, au lieu d’avoir de a compréhension, j’avais le contraire?

Je suis un peu perdue! Je vois mon boss demain. Ce sera placard ou coming out?

2644635-bon-choix-mauvais-signe-choice-route-isolee-sur-fon