Il est temps de vivre la vie que tu t’es imaginée

Ça y est. Après des mois de Minidril et de Provames, on part bientôt en Espagne.

Aujourd’hui, je finissais ma dernière journée de travail et je tombe sur une petite phrase bienveillante que j’avais trouvé dans une papillote de chocolat.

Je partais du travail. Je fermais boutique. Comment ne pas y voir un signe?

Et si on partait se dessiner la vie qu’on s’imagine depuis des années?

Et si aujourd’hui, je terminais un chapitre de ma vie? Pour ouvrir enfin celui que j’attends depuis si longtemps?

J’ai le droit de rêver, non?

Allons y sur la pointe des pieds, quand même…

Publicités

Et pourquoi pas nous?

Bonne année à tous…

Je viens de survivre aux fêtes. Je pense que tous mes cousins se sont donné le mot pour se reproduire en 2017. Festival des femmes enceintes et des conseils, bla bla bla. Je deviens tellement insignifiante que personne ne demande comment on va. On ne s’est pas multiplié donc on n’existe pas!

L’épidémie continue au bureau. Je sens que je vais vivre encore difficilement cette dernière grossesse que je viens d’apprendre.

Et pourquoi ça ne nous arrive pas à nous aussi?

J’essaie de voir l’espoir. Le minidril que je commence bientôt pour la FIV DO. J’ai peur de tomber de haut. J’ai peur que cet espoir soit vain, encore une fois.

Je me fais discrète

Je ne suis même pas venue donner le résultat de la dernière insémination. Pas de surprise, ça a été négatif. J’ai fait la prise de sang un samedi matin. Le résultat n’a été disponible que le lundi. Mes règles sont arrivées avant. Clap de fin. Fin aussi de « l’aventure » avec mon centre PMA. Je ne peux plus. Je suis arrivée au bout de mes forces avec eux. Et de toutes façons, c’était écrit sur mon dossier, en cas d’échec. Je dois nuire à leurs stats. Mon corps n’en peut plus de toutes façons. Les dernières piqûres ont été une torture.

Nous sommes en train de réfléchir pour le DO. On ne sait pas encore où ni quand. Mais la réflexion est entamée.  Notre histoire n’est donc pas terminée.

Je suis plus forte que je ne le pensais.

Nous nous sommes installés dans notre nouvelle maison. Trois belles chambres, un jardin. Combien de fois les gens nous ont demandé si on avait des enfants. Je ne savais pas que seuls les parents avaient le droit à la maison! On doit être le couple sans enfants du quartier… le couple bizarre!

Pour en rajouter, notre minette de 11 ans est sortie sans notre surveillance dans le jardin. Elle ne connaissait que la vie en appartement, elle était heureuse de brouter l’herbe et de courir après les papillons. Mais elle a rencontré un félin plus fort qu’elle. Morsure au thorax, poumon perforé, réanimation, on a fini par la perdre. J’ai le coeur en miettes.

Bref, un été qui j’espère sera un été de transition. Une énorme page de ma vie est en train de se tourner…

Les dés sont jetés!

Je suis en dpo! 

L’insémination ne s’est pas faite en claquant des doigts. Le médecin m’a fait mal avec son speculum. Ensuite, il a eu du mal à passer mon col. Ça n’était jamais arrivé.

Il a demandé un contrôle par échographie qui a été mis en place pour finir par ne plus en avoir besoin. Ouf, c’est fait!

Les zozo sont dans la place, je peux me relever.

Il me prépare l’ordonnance pour le test de grossesse. Tiens, j’avais oublié que j’étais là pour ça! C’est donc parti pour la progesterone et l’attente. 

Et j’ai envie d’y croire!

💙💚💛💜❣️💝💞💗💖💌

C’est the Day!

En attente pour mon IIU, je suis calme!

Entre la mission de Chéri et la mienne, deux bonnes heures d’attente. J’ai voulu sortir prendre un « café » mais on m’a dit que je devais rester disponible. 

Et que de toutes façons, c’était pas bon un café quand on voulait être enceinte! Pffff! Comment te faire sentir coupable!…. Et un verre d’eau? Je voulais sortir, quoi! 

Donc, tranquillement, on attend notre tour! Et le début des DPO!

Quand ovaires riment avec désert

J’ai beau m’envoyer 450 Ui de Gonal et 150 Ui de Menopur dans les fesses. Je ne réponds pas. Je crois que le Gonal, c’est définitivement pas mon truc.

J’ai bien compris, en voyant l’échographie. Un seul follicule et plein de tout petits. Je me doutais bien du coup de fil qui allait m’arriver un peu plus tard.

Mais non. Pour la première fois, j’ai senti de l’empathie dans mon centre. On m’a proposé de transformer l’essai en IIU. Après tout, j’ai déjà eu deux débuts de grossesse en IIU. Autant tenter!

Et espérer que le train passera dans le désert!

C’est reparti

C’est recommencé. J’ai revu mon infirmière qui m’a fait remarquer ma ténacité en me piquant les fesses. Je fonce tout simplement. Je le veux ce bébé, cette ​famille!

Je vais devoir gérer PMA et déménagement. Un peu ce que je redoutais. Mais je vais y arriver. L’avantage, c’est que ça occupe l’esprit!

Chéri a compris que je souhaitais me préserver. Il y met du sien.

J’ai envie de consulter un acupuncteur. Vous l’avez déjà tenté? C’est vrai que ça aide à préparer le corps et l’utérus? On peut voir n’importe lequel ou un spécialiste? Si vous avez des références à Paris ou dans l’ouest de la banlieue, je suis preneuse!

J’attends J1

Comme il suffit de faire un article sur J1 pour qu’il arrive… Voici mon article!

Vous avez compris, c’est reparti pour un tour. Du moins, si mes règles peuvent arriver. Et côté timing, ce serait bien qu’elles soient là aujourd’hui ou jeudi. Pas demain… Sinon je vais courir comme pas possible entre la PMA et ma formation de carriériste qui débute à 8:45.

Ben oui, une fille qui n’ a de môme, à mon âge, est forcément carriériste.

Vous avez compris, ça ne va pas fort. Le boulot va bien (ouf) mais je recommence à mal vivre cette situation de non maternité.

Peut être parce que dans un mois, on emménage dans notre nouvelle maison. Et que je ne sais pas quoi faire de cette chambre qui ne sera que trop vide…